Les actions d’aide aux nécessiteux partent souvent d’un constat de manque de nourritures et d’autres biens de première nécessité. Pourtant, face à l’immensité des besoins, et pour organiser la distribution sans accroc des aides, la maraude doit se faire dans le cadre d’une certaine stratégie. 

Maraude pour créer des liens sociaux 

Les maraudes ne doivent pas uniquement se baser sur la distribution d’aides matérielles, quand bien même c’est le premier produit de la compassion. Le but d’une telle action est avant tout d’aider les sans-abris, SDF et autres nécessiteux à retrouver  le chemin de la dignité. La maraude sociale, bien qu’additionnelle dans la liste des catégories, est bien la principale finalité des maraudeurs.

L’objectif est de créer ou de rétablir le contact avec ces personnes. Il faut ensuite leur signifier qu’ils ont plus de valeurs que des bêtes qu’il faut apaiser et engraisser par la nourriture. Autrement dit, c’est l’action distributive qui est secondaire, même si elle constitue le besoin de base que ces personnes ressentent. 

Maraude distributive : une action technique

La distribution d’aliments ou de moyens de subsistance, de soins particuliers et d’orientation (vers des logements, vers un centre de soin…) constitue une action importante pour la survie des sans-abris et SDF. C’est un ensemble d’action à préparer par avance, en tenant compte des moyens en mains et du nombre de personnes aidées. 

Il va sans dire, par exemple, qu’une équipe de maraude ne peut se charger que d’une ou quelques zones précises, parce que son effectif est limité et qu’elle ne peut gérer plus de moyens qu’il ne lui faut. Il s’agit donc d’une affaire d’organisation. La maraude exige des concertations entre acteurs et partenaires en amont. On peut en avoir le cœur net en organisant soi-même une maraude citoyenne.

Maraude pédestre ou véhiculée

La maraude peut se faire à pied, idéale d’ailleurs pour quelques raisons. D’abord, elle est plus pratique pour repérer des nécessiteux dans les stations de métro, dans les ruelles, sous les ponts, etc. Il s’agit aussi d’un moyen habile de se rapprocher des personnes en difficulté sociale et, probablement, psychologique, car se mettre au même niveau avec son interlocuteur favorise souvent l’ouverture.

Cela étant dit, quand il le faut, la maraude en véhicule est incontournable dans diverses situations, comme quand il faut couvrir un large territoire, quand il faut transporter une grande quantité de biens à distribuer, ou quand il faut transporter des nécessiteux vers une structure d’hébergement ou un centre de soins.

(Visited 31 times, 1 visits today)